WEBREVIEW

Simulation numérique de la stabilisation d’une flamme turbulente de méthane en régime pauvre par ajout d’hydrogène

Pour minimiser les émissions nocives et les imbrûlés issues de la combustion, on utilise un
excédent d’air. Dans ce mode de combustion dit pauvre, on consomme théoriquement tout le
combustible, ce qui nous donne une combustion complète et moins d’imbrûlés [1-3]. Ce régime de
combustion favorise l’apparition des instabilités [4-6], par exemple, le flash back, le lift et même
l’extinction de la flamme. Afin de résoudre ce problème, on utilise l’hydrogène qui est un
combustible propre et qui a un grand pouvoir calorifique [7-9]. L’ajout de l’hydrogène aux
combustibles avec des proportions bien déterminées augmente la réactivité du mélange et tend à
stabiliser la flamme. Ce travail de simulation numérique complète les travaux expérimentaux de T.
Lachaux [10] et F. Halter [11], où on ajoute l’hydrogène au méthane dans une combustion
turbulente pré mélangée pauvre. On a trouvé que l’ajout d’une proportion de 10 % en volume
d’hydrogène ne changerait pas les caractéristiques de la flamme. Cela veut dire qu’on peut
remplacer 10 % du méthane par de l’hydrogène sans faire recours aux changements dans
l’installation. De cette façon, on peut faire des économies sur le combustible, si l’hydrogène utilisé
est d’origine renouvelable, et minimiser les émissions nocives.


Document joint


 
| info visites 3367765

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science et Technologie  Suivre la vie du site Revue des Energies Renouvelables  Suivre la vie du site Volume 10  Suivre la vie du site Numéro 01   ?

Creative Commons License