WEBREVIEW

Structure de réactivation dans l’Atlas Saharien (Djebel Amour, Algérie) : d’après l’analyse d’image SPOT et LANSAT- TM

Les premiers satellites Landsat munis des capteurs MSS, se sont avérés utiles en géologie à leur vue synoptique permettent des analyses d’ensemble, par contre les nouveaux capteurs passifs Landest-TM et SPOT ont par leur résolution spatiale, la capacité de saisir plus de détail et d’aborder des études structurales plus fines, tout en gardent l’effet synoptique. L’objectif de cette application dans la région de Djebel Amour de l’Atlas saharien est de mettre en évidence l’analyse combinée d’images SPOT et des images Landest-TM de télédétection à haute résolution ; premièrement des anticlinaux éjectifs à matériel jurassique orientés N° 45 N°50 et failles le long des axes, et deuxièmement des variations d’épaisseurs et des discordances progressives associées à ces failles. Ces anticlinaux sont le résultat de jeux de failles successifs, extensifs Syn- sédimentaire puis compressifs. Ce modèle de formation a été déjà proposé pour le Haut Atlas au Maroc. Dans l’Atlas saharien, ce sont autre fois les niveaux stratigraphiques supérieurs qui sont observés. Cette comparaison permet de proposer un modèle de formation complémentaire à celui déjà envisagé pour haut Atlas.


Document joint


Auteur(s)

Nouar Omar

 
| info visites 3372616

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Géographie  Suivre la vie du site Bulletin des Sciences Géographiques  Suivre la vie du site Numéro 11   ?

Creative Commons License