WEBREVIEW

Possibilités De Rétention De Substances Humiques Par Adsorption Sur La Bentonite

Les procédés utilisant l’adsorption constituent souvent une technique
complémentaire à une filière de potabilisation conventionnelle lorsqu’on veut
éliminer les substances humiques, généralement à l’état dissous.
Compte tenu des inconvénients rencontrés lors de la mise en oeuvre du charbon
actif, il nous a paru intéressant d’étudier la rétention des substances humiques
par adsorption sur la bentonite.
Après la connaissance des caractéristiques de cette argile largement produite
en Algérie, nos essais ont porté sur des solutions synthétiques de substances
humiques (humate de sodium) dont quelques propriétés ont été préalablement
déterminées (composition élémentaire, fonctions acides phénoliques et
carboxyliques, absorbance en U.V).
Nous avons ensuite été amenés à évaluer l’influence de paramètres réactionnels
tels les masses d’adsorbant ou d’adsorbât et le pH sur le rendement
d’élimination des substances humiques en solution d’eau distillée.
Il est apparu qu’une dose optimale de bentonite pouvait être déterminée pour
une teneur donnée en substances humiques. De même, le pH a semblé
conditionner fortement l’efficacité de l’adsorption des substances humiques par
des phénomènes d’ionisation des groupements fonctionnels de ces substances
humiques et/ou celle de la surface de l’argile.
Quant à la minéralisation de l’eau, son impact s’est traduit par une nette
amélioration du rendement d’élimination des substances humiques, en prenant
comme référence les résultats obtenus en eau distillée. L’effet promoteur de
cations tels le calcium ou le magnésium pourrait être à l’origine de cette
amélioration.
L’évaluation des capacités d’adsorption dans le cas des différents milieux de
dilution a confirmé ces résultats en les exploitant grâce aux lois de Freundlich
et de Langmuir.
La capacité maximale d’adsorption a été observée pour l’eau de source de
M’Chounèche, moins chargée en chlorures et sulfates que l’eau de Drauh.
L’étude cinétique a par ailleurs montré qu’un phénomène de diffusion
apparaissait après deux heures de réaction, quelque soit le milieu de dilution
des substances humiques. Toutefois, cette phase serait peu influencée par la
minéralisation de l’eau.
Les différences de rendement entre eau distillée et eaux minéralisées
apparaîtraient essentiellement durant la phase rapide de la réaction et seraient
liées à des phénomènes de surface (pontage, complexation,...).


Document joint


 
| info visites 3367737

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science de la terre, eau et environnement  Suivre la vie du site LARHYSS Journal  Suivre la vie du site Numéro 01   ?

Creative Commons License