WEBREVIEW

Une Nouvelle Cartographie du Déficit Hydrique : Application a l’Est Algérien (et l’Algérie du Nord)

L’exploitation des bases de données climatologiques, disponibles sous forme de grilles mensuelles de précipitations (P) et d’évapo-transpirations potentielles (ETPI), a permis de généraliser le calcul du bilan hydrique de Thornthwaite, sur un maillage du MNT de 2 km de coté couvrant l’Est algérien. En se fixant une valeur maximale standard de la réserve facilement utilisable (RFU), la modélisation, à l’échelle mensuelle, du passage de l’ETP à l’ETR (évapotranspirations réelle) a conduit à estimer le déficit en eau agricole (Da) en chaque nœud de la grille, donnant lieu à la confection sou. SURFER de 12 cartes mensuelles et d’une carte annuelle du déficit, en plus d’une carte annuelle d’iso-« mois secs ». Reflet de la brutalité des contrastes bioclimatiques caractérisant la région, le déficit hydrique varie, en année moyenne, de 400 mm an Nord à plus de 2 000 mm au Sud, alors que la durée du stress hydrique passe de 4 à 12 mois dans l’année. Ces cartes, généralisées à 1’Algérie du Nord, sont un moyen d’établir une évaluation globale des besoins en eau d’irrigation.


Document joint


 
| info visites 3367692

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Géographie  Suivre la vie du site Bulletin des Sciences Géographiques  Suivre la vie du site Numéro 20   ?

Creative Commons License