WEBREVIEW

Transformation des déchets de dattes de la région d’Adrar en bioéthanol

Actuellement les possibilités de valorisation énergétique de la biomasse par les procédés biotechnologiques représentent une solution de choix pour l’utilisation des produits agricoles de faible valeur commerciale, les liquides des industries agro-alimentaires, les résidus de récoltes…. La valorisation de cette biomasse, en particulier de nature organique, se fait par différents procédés biotechnologiques. La région d’Adrar produit annuellement un tonnage important de dattes, environ 675 mille quintaux par an (D.S.A, 2008). Les dattes dites communes présentent une faible valeur marchande par rapport à Deglet Nour, Degla Beida et Ghars. Elles sont destinées à l’autoconsommation, l’alimentation animale ou à l’échange sous forme de troc vers le Mali et le Niger. Cependant aucune industrie de transformation de la datte, n’est implantée dans la région. Aujourd’hui grâce aux procédés biotechnologiques, il est possible de valoriser les dattes communes de faible valeur marchande et de mettre sur le marché local et international, une nouvelle génération de produits à hautes valeurs ajoutées tel que le bioéthanol. Dans cette optique, de nombreux essais de fermentation alcoolique à l’échelle de laboratoire sont lancés afin de fixer les paramètres suivants : le taux de dilution, la quantité de levures (Saccharomyces cerevisiae) et le temps de fermentation afin d’optimiser le procédé. Nous avons comparé le degré d’alcool brut de quatre variétés de dattes communes (Hmira, Tinacer et Kaciene) pour 200 g de pulpes de dattes. Nous avons obtenu après l’étape de distillation, les résultats suivants pour les trois variétés considérées : 22°, 19° et 18°.


Document joint


 
| info visites 3364195

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science et Technologie  Suivre la vie du site Revue des Energies Renouvelables  Suivre la vie du site Volume 13  Suivre la vie du site Numéro 03   ?

Creative Commons License