WEBREVIEW

Stress oxydatif et infertilité masculine : Premiers résultats de l’expérience algérienne pilote à l’ HMRUO/2°RM.

Alors que l’’infertilité masculine est impliquée dans 50% des cas d’infertilité, aucune cause ne peut être diagnostiquée chez environ 25% de ces hommes. Ceci est communément indiqué par « l’infertilité idiopathique » et est liés par plusieurs études au stress oxydatif en raison de l’effondrement des défenses antioxydantes protectrices du pouvoir fertilisant des spermatozoïdes chez ces patients. La présente étude visait à évaluer la relation entre la qualité du sperme analysée en terme de peroxydes lipidiques totaux TP, la capacité antioxydante totale TAC et la lipocaline des neutrophiles gélatinase-associée Lcn-2 dans l’infertilité idiopathique. Le plasma séminal et sanguin de 44 sujets, comprenant des sujets fertiles et infertiles ont été évalués pour les TP par le malondialdéhyde assay (MDA), la TAC par le dosage de l’oxygène réactif absorbance capacité (ORAC) et finalement la Lcn-2 par un dosage immunofluoremetrique. Nous trouvons que la Lcn-2 est plus élevée chez les hommes infertiles que les témoins mais pas significative statistiquement (p = 0.098). Cependant, les MDA spermatiques étaient 1,7 fois plus élevés (p = 0,000), tandis que le TAC était 1,79 fois plus faible (p=0,003) chez les infertiles que les fertiles sans aucune corrélation avec les spermogrammes correspondants. Nous avons constaté une forte corrélation entre la diminution de la TAC plasmatique et l’augmentation des MDA spermatiques (r = -0753, p = 0,000) ; ainsi, avons-nous déterminé une valeur seuil ORAC de 1,035 m mol Eq AA /L associée à une toxicité spermatique par les MDA (Se = 100%, Sp= 94,4% ; AUC = 0,965, p = 0,000). En conclusion, les taux élevés de MDA spermatiques et le niveau faible de la TAC jouent un rôle important dans l’étiologie de l’altération du sperme dans l’infertilité idiopathique. L’ORAC plasmatique pourrait être un bio-marqueur utile pour l’évaluation des dommages oxydatifs spermatiques et le suivie d’une éventuelle thérapie anti-oxydante.


Document joint


 
| info visites 3363530

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sciences médicales  Suivre la vie du site La Revue Médicale de l’HMRUO  Suivre la vie du site Numéro 01   ?

Creative Commons License