WEBREVIEW

Oxydation des alliages FeCrAl relation entre l’oxydation et les traitements préliminaires.

L’oxydation de l’alliage Fe-22Cr-4Al-0,02 Ce a été étudiée à la température 1100°C dans l’air ambiant. Des moyens d’investigations tels, que la thermogravimétrie, la diffraction des rayons X, la micro-analyse X (EDS) et/ou la microscopie électronique à balayage ont été utilisés pour étudier la nature et la morphologie des phases formées. Les courbes d’oxydation n’obéissent pas durant toute l’oxydation toujours à une loi parabolique : il existe une période initiale transitoire d’une durée de plusieurs heuresdurant laquelle, une seule couche d’oxyde (alpha A1203) est formée. La vitesse d’oxydation dépend du traitement thermique préalable. Dans le cas de l’alliage (E+SB), la réaction est plus complexe. Elle débute par la formation rapide de précipités (oxydes) de fer, de Zirconium cl de chrome. L’alumine apparaît tout d’abord sous forme de précipités. Après quelques heures, une barrière continue de (Alpha A1203) se forme. On peut donc expliquer pourquoi la loi parabolique n’est pas suivie dans les deux stades. On peut également, comprendre pourquoi, après quelques heures, l’oxydation de l’un est plus lente que celle de l’autre. Les précipités obtenus à l’interface présentent des morphologies telles que, les contraintes internes pourraient être alors considérablement modifiées en termes d’intensités et de distribution, leur relâchement provoqueraient l’état gondolé des échantillons feuillards observé après oxydation.


Document joint


 
| info visites 3372405

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science et Technologie  Suivre la vie du site Synthèse  Suivre la vie du site Numéro 05   ?

Creative Commons License