WEBREVIEW

Anomalies hypothalamiques severes observees Apres chirurgie du craniopharyngiome

Les adhérences anatomiques du craniopharyngiome avec les noyaux hypothalamiques expliquent les difficultés chirurgicales et les complications post opératoires. Dans une étude portant sur 44 craniopharyngiomes (8 adultes et 36 enfants ou adolescents) opérés majoritairement par voie sous frontale nous nous proposons d’évaluer la fréquence du syndrome hypothalamique post opératoire,d’analyser la symptomatologie clinique et de rechercher le ou les facteurs prédictifs.
Dans ce travail 5 enfants ont développé un syndrome hypothalamique post opératoire soit une fréquence de 11,3 %. Les anomalies constatées sont : les troubles de l’appétit n = 5 (1 anorexie suivie de cachexie mortelle, 4 obésités morbides avec syndrome métabolique et/ou stéatose hépatique) et les troubles du sommeil ou de la thermorégulation n = 3. Les troubles circulatoires et/ou respiratoires n’ont été relevé dans aucune observation.
Parmi les facteurs prédictifs étudiés nous retenons le jeune âge et l’étendue de l’exérèse tumorale.
Le syndrome hypothalamique secondaire à la chirurgie du craniopharyngiome est observé dans 11%.
Ce syndrome n’est constaté que dans la population pédiatrique. Il comporte des troubles alimentaires
souvent sévères et des troubles de la thermorégulation. Les facteurs pré-disposants sont apparemment le jeune âge et l’étendue de l’exérèse tumorale. Ces deux facteurs étaient prévisibles dans la mesure où le craniopharyngiome de l’enfant de type adamantin se caractérise par une infiltration tumorale plus importante et une fibrose péri-tumorale plus étendue rendant laborieux l’acte chirurgical ce qui augmente le risque d’attente des noyaux hypothalamique.


 
| info visites 3372431

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sciences médicales  Suivre la vie du site Journal de Neurochirurgie  Suivre la vie du site Numéro 02   ?

Creative Commons License