WEBREVIEW
Accueil > Science et Technologie > NATURE & TECHNOLOGIE > Numéro 09 > Numéro 09

Numéro 09

Articles de cette rubrique


Caractérisation physique des substrats de croissance pour une meilleure adaptation à la filière horticole en Tunisie

La tourbe constitue le substrat de référence pour la croissance des plants en pépinière maraîchère moderne. Cependant, cette matière ne cesse de poser des problèmes en matière d’approvisionnement et d’hémorragie de devises. À cet effet, des projets de recherche ont été menés pour substituer partiellement ou totalement cette matière en utilisant d’autres sources naturelles et déchets agricoles disponibles à moindre coût. L’objectif général consiste à mettre au point un substrat de croissance adapté tout en réalisant des mélanges de tourbe avec Co-compost (issu généralement de la mise en compostage mixte d’une biomasse lignocellulosique et d’une biomasse fermentescible) ou compost (issu de la mise en compostage d’une seule biomasse, de préférence équilibrée en carbone et azote), tout en évaluant leurs propriétés physiques (porosités totale, d’aération et de rétention). La substitution progressive de la tourbe à des pourcentages croissants (25, 50 et 75 %) par le Co-compost ou compost affecte considérablement les paramètres de porosité totale, d’aération et de rétention du substrat de croissance. Les résultats obtenus montrent aussi que cette substitution répond aux normes standards pour certains mélanges à base de tourbe et Co-compost ; Cependant, les normes ne sont pas respectées, en ce qui concerne la porosité d’aération pour les deux proportions suivantes : 50 % Tourbe + 50 % Co-compost et 25 % Tourbe + 75 % Co-compost. Si l’incorporation du Co-compost avec la tourbe n’est pas intéressante au-delà de 25 %, la substitution partielle de la tourbe avec 50 % de compost sylvicole criblé a révélé des résultats encourageants.



Etude de l’extraction des composés phénoliques de différentes parties de la fleur d’artichaut (Cynara scolymus L.)

L’artichaut (Cynara scolymus L.) est une plante méditerranéenne largement utilisée en médecine traditionnelle pour ses propriétés biologiques attribuées essentiellement aux polyphénols. Afin d’évaluer la meilleure technique d’extraction de polyphénols totaux, de flavonoïdes et de tanins condensés d’artichaut, nous avons utilisé deux méthodes d’extraction à savoir la décoction et la macération et quatre solvants (eau, méthanol, éthanol et acétone). Les meilleurs rendements d’extraction sont enregistrés par la décoction soit une moyenne de 17,34 % versus 15,64 % pour la macération ; toutefois l’eau et le méthanol restent les meilleurs solvants d’extraction. La macération semble être meilleure pour l’extraction des polyphénols totaux (19,88 mg équivalent acide gallique /g PS en moyenne) et des flavonoïdes (8,25 mg équivalent quercétine /g PS en moyenne). L’éthanol et l’acétone sont préférables pour l’extraction de ces biomolécules. En revanche, la décoction aqueuse est plus performante pour l’extraction des tanins condensés (3,05 mg équivalent catéchol/g PS).



Micropropagation in vitro d’une plante à fibres : le kenaf (Hibiscus cannabinus L.)

Pour la production en masse d’une plante industrielle, en l’occurrence, le kenaf (Hibiscus cannabinus L.), des essais de multiplication inv vitro ont été réalisés. Ces essais ont commencé à partir d’explants constitués par des microboutures de la variété « Tainung 2 », de 1 cm de long. Des régulateurs de croissance ont été ajoutés à différentes doses au milieu de culture Murashige et Skoog (1962) (MS) afin de déterminer le milieu de culture le plus favorable à la croissance et au développement des explants pendant les différentes phases. Les résultats montrent une différence de réponse des explants aux milieux de culture testés. Pour l’initiation et la multiplication, le milieu de culture le plus favorable est le milieu (MS) dépourvu d’hormones permettant la reprise de végétation in vitro des explants de kenaf et de produire 3,8 noeuds par explants et par mois. La rhizogenèse est fortement favorisée par l’addition au milieu MS de 0,25 mg.l-1 d’AIB et de 25 mg.l-1 de β-cyclodextrine qui provoquent la formation de 9,22 racines par vitroplant d’une longueur moyenne de 1,9 cm. Les vitroplants
enracinés sont acclimatés à l’étouffée sous une serre avec un taux de réussite de 100 %.



Caractérisation du système conducteur de l’olivier en fonction de son origine biologique

En Tunisie, l’olivier est traditionnellement multiplié par souchet. Cependant, cette technique se heurte, entre autre, à une mise à fruit tardive qui serait raccourcie par l’utilisation des boutures herbacées. C’est dans ce cadre que le présent essai se propose de caractériser le système conducteur de l’olivier en fonction de son origine biologique. En effet, des oliviers de la variété « Chemlali », issus de souchets « S » ou de boutures herbacées « BH », sont cultivés dans un sol à texture sablo-limoneuse et à pH alcalin (8.4). Ils sont plantés à la densité de 51 plants/ha (14 m x 14 m) dans la région de Souassi (Mehdia) à climat aride (pluviométrie : 250 mm). Ces arbres, âgés de 17 ans, ont permis l’étude des caractéristiques hydrauliques des vaisseaux conducteurs (nombre, diamètre et surface du lumen par des coupes anatomiques et conductivité hydraulique). Le suivi de l’évolution journalière de l’absorption d’eau, par les rameaux prélevés sur ces deux types de plants, a été réalisé sous serre plastique. A travers l’évaluation des différents paramètres, l’olivier issu de boutures herbacées « BH » a montré des caractéristiques de son système conducteur lui permettant une certaine adaptation aux contraintes hydriques. L’étude anatomique et morphologique du xylème a dévoilé une plus grande prédisposition des plants issus de souchets aux pertes hydriques. Ceci a été confirmé par la surface du lumen, la conductivité hydraulique et la capacité d’absorption de l’eau des pousses de différents âges qui sont plus faibles pour les rameaux des arbres issus de boutures herbacées.



Multiplication par bouturage d’un écotype Tunisien d’Eglantier (Rosa canina L.)

L’églantier (Rosa canina L.), plante aromatique et médicinale de la famille des Rosacées, rencontre différents types de problèmes principalement ceux en rapport avec sa propagation. En effet, le taux de réussite du bouturage chez cette espèce est faible. Ainsi, le présent travail a consisté à faire une mise au point de la méthode de multiplication par bouturage de l’églantier en expérimentant 3 types de boutures (ligneuse, semi-ligneuse et herbacée) chez un écotype d’églantier poussant à l’état spontané dans la région de Zaghouan au Nord- Est de la Tunisie. Les boutures ont été incisées à la base de leurs extrémités puis trempées pendant une minute dans l’acide indole butyrique (AIB) à une concentration de 4000 ppm. Plusieurs paramètres agronomiques relatifs à la qualité de la partie racinaire et aérienne des boutures ont été suivis. Les principaux résultats ont montré que des différences notables existent entre les 3 types de boutures. Toutefois, il s’est avéré que les boutures semi-ligneuses ont présenté les meilleurs taux d’enracinement et de survie. Il a été ainsi mis en évidence que la réussite du bouturage dépend du type de bouture utilisée.



Effets de l’hypothyroïdie induite sur l’histologie et la fonction endocrine de la glande surrénale chez le rat Wistar mâle

Les hormones thyroïdiennes (HT) agissent via des récepteurs nucléaires (RT3et RT3) sur de nombreux tissus et leurs effets sur le développement de divers organes (os, muscle et cerveau) sont actuellement bien établis. L’objectif fixé à ce travail est l’étude de la répercussion d’un déficit en hormones thyroïdiennes sur la structure et l’activité de la glande surrénale. Une hypothyroïdie est induite par traitement pendant 21 jours, par un antithyroïdien de synthèse, à l’âge adulte et au cours de l’allaitement. L’activité endocrine est estimée par évaluation des taux de glucocorticoïdes totaux et la structure de la glande est analysée. L’absence d’hormones thyroïdiennes, aussi bien à la naissance qu’à l’âge adulte, a pour conséquence des variations significatives du poids corporel et des taux plasmatiques en glucocorticoïdes. Le poids absolu des surrénales diminue uniquement chez les animaux traités à la naissance. L’épaisseur moyenne de la corticosurrénale est significativement diminuée chez les rats traités à l’âge adulte. Les variations des poids corporel et glandulaire montrent que l’absence des HT entraîne un retard de la croissance corporelle et du développement de la glande. Un effet sur la stéroïdogénèse est démontré par les variations des taux plasmatiques hormonaux.



Impact des rejets de margines sur la qualité des eaux du Nahr Hasbani (Sud Liban) par référence spéciale aux indices diatomiques

The sustainable development in Lebanon is highly related to the existence of water resources. However, these resources seemed to be insufficient in the past few years. This is due in part to the demographic growth and the development of agriculture and industrial sectors in the country. The south east of Lebanon is known as the region the least irrigated. The main water resource of this region is the Hasbani River (Nahr Hasbani) beside small limited springs. Olive culture occupies an important place in the agriculture sector of the South. However the rejection of olive margins in the Nahr Hasbani deteriorated the water quality, especially at winter time.In this study 124 algal species identified during spring and summer were shown to be characteristic of oligotrophic water. 85 % of these species were identified as diatoms. The use of diatom indices confirmed the river eutrophication by excessive proliferation of Nitzschia palea and Gomphonema parvulum.



Isolement et identification de la mycoflore du compost des déchets urbains solides

L’étude de la mycoflore d’un compost produit par le Centre de Co-Traitement (CCT) des déchets urbains solides de Missour au Maroc a montré que la concentration des champignons varie entre 0,8 105 et 14,89 105 UFC/g MS selon le milieu de culture et la température d’incubation. Vingt trois espèces de champignons appartenant à 15 genres ont été isolées et identifiées. Parmi ces espèces, on trouve les thermophiles (Aspergillus fumigatus, A. flavus, A. japonicus, Emericella nidulans, Humicola grisea, Scopulariopsis brumptii et Scytalidium lignicola) et les antagonistes : Trichoderma harzianum, Chaetomium globosum et Ulocladium atrum. L’inventaire de la mycoflore de ce compost permettra d’obtenir une idée sur sa qualité et son degré de maturité



Impact toxicologique du lessivage des feuilles et des aiguilles mortes sur la qualité biologique du milieu aquatique récepteur

Nous avons essayé, grâce à un travail réalisé au laboratoire, dans des conditions contrôlées, d’évaluer l’impact toxicologique des lessivats des feuilles mortes, de quatre espèces foliaires, Populus nigra, Salix babylonica, Acer monspessulanum et Platanus acerifolia, ainsi que l’impact des aiguilles mortes d’une essence résineuse, Taxus baccata, sur la qualité de l’eau de la source Vittel (Tizguit, Région d’Ifrane). Les résultats obtenus montrent qu’à 25°C la Toxicité évolue avec la durée du lessivage, la concentration initiale, le type de traitement des feuilles et des aiguilles mortes et de l’espèce foliaire. Les tests de toxicité létale réalisés sur les larves d’Artemia salina et les alevins de Gambusia affinis montrent que l’If et le Saule sont les plus toxiques d’une eau airée.



Biomasse, minéralomasse et éléments nutritifs retournant au sol dans le Quercus Ilex du Moyen Atlas Central Marocain

Les biomasses, les minéralomasses, les retombées de litière et la restitution au sol de bioéléments par leurs intermédiaires ont été étudiés pour deux taillis de chêne vert du Moyen Atlas Central Marocain (Tafachna et Reggada). Les meilleurs corrélations et résultats ont été obtenus avec des régressions allométriques de type : Y(biomasse) = aX [X = (D2H)b] avec D et H respectivement diamètre à 1,30 m et hauteur. La biomasse totale sèche de la partie épigée des deux peuplements étudiés est de 96 et 86,4 t.ha-1 respectivement pour Tafachna et Reggada dont la partie ligneuse représente environ 89 %. Les minéralomasses aériennes des cinq éléments majeurs (N, P, K, Ca et Mg) est de 912 kg.ha-1 pour Tafachna et 812 kg.ha-1 pour Reggada. Annuellement, en moyen 10,8 et 8,5 kg.ha-1 de bioéléments sont immobilisés dans la biomasse aérienne respectivement pour Tafachna et Reggada. Les retombées de litière, observées durant trois années consécutives, se situent entre 3,1 et 3,6 t.ha-1.an-1 dont presque 70 % est constitué de feuilles. La restitution au sol des éléments nutritifs par l’intermédiaire de la couverture morte est de 37,9 pour Tafachna et de 44,4 kg.ha-1.an-1 pour Reggada (environ 74 % par l’intermédiaire des feuilles). La décomposition de la litière de feuilles suit une équation exponentielle négative de forme RF = A + Bexp(-Ct). Après deux ans de décomposition des feuilles installée dans des litter-bags, la libération des éléments nutritifs a varié entre 22 % pour le calcium et plus de 80 % pour le potassium.



| info visites 3611363

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Science et Technologie  Suivre la vie du site NATURE & TECHNOLOGIE  Suivre la vie du site Numéro 09   ?

Creative Commons License